Heures idéales de sommeil

Il y a quelques jours (le 16 mars 2009) se tenait la Journée Nationale du Sommeil 2009.

Le sommeil représente le tiers de notre temps : à 75 ans, nous aurons dormi … 25 ans ! Le sommeil est nécessaire et indispensable à une bonne récupération des capacités physiques et psychiques ; il est associé à une bonne qualité de vie et à une bonne santé. Prise de poids, diabète, augmentation de la douleur, dépression, aggravation des troubles
respiratoires et cardiovasculaires, endormissements au volant ou au travail, baisses de performance, difficultés relationnelles… les conséquences des troubles du sommeil et de la privation chronique de sommeil peuvent être nombreuses sur la santé.

L’enquête 2008 de l’INPES sur les représentations du sommeil montre combien chaque individu a pleinement conscience de l’importance de son sommeil comme facteur indispensable de santé. Mais les attitudes et
comportements vis-à-vis du sommeil ne reflètent pas cette représentation. Le sommeil est souvent négligé voire considéré comme une perte de temps.

Le manque de sommeil

La durée moyenne de temps de sommeil est passée de 8h30 à 7h30 depuis les années 60, or la majorité des individus a besoin de 8h de sommeil Une bonne qualité et quantité de sommeil adapté à ses besoins par 24 heures sont des éléments d’une bonne santé. Pourtant, le développement des besoins de consommation de diverses natures ont conduit progressivement à une réduction du temps de sommeil très significative depuis 40 à 50 ans. Cette restriction chronique, affecte la majorité de la population. Elle est de l’ordre 1h à 1h30 avec un temps de sommeil aux alentours de 8h30 dans les années soixante pour être maintenant d’environ 7h30.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette réduction du temps de sommeil. Tout d’abord l’éclairage artificiel qui permet de veiller le soir sans difficultés et permet aussi une activité nocturne tardive voire toute la nuit
(travail posté, horaires irréguliers en usine ou à des postes de contrôle sur 24 heures), le développement
des communications internationales et de la mondialisation, en particulier par l’Internet, conduisent certains
à une activité tardive de plus en plus marquée. Ceci est plus net chez les jeunes adultes et très marqué chez
les adolescents. A la séance télévisuelle de la soirée en semaine s’ajoute ou se substitue une seconde période de « loisir » ou de « travail ». La conséquence est une forte réduction du temps de sommeil au cours de l’année.

Les heures de sommeil

L’enquête INPES montre que la durée moyenne de sommeil dans notre population de jeunes adultes (25-45 ans) est de 7h20 les semaines de travail. Des emplois du temps surchargés ou des horaires décalés accentuent la privation chronique de sommeil. En période de vacances prolongées, la population questionnée augmente la durée moyenne de sommeil d’environ 50 minutes pour passer à plus de 8h00 en été. Cette augmentation traduit un besoin de récupération de l’organisme avec une nécessité de s’adapter à une quantité de sommeil plus conforme à la physiologie. Chaque individu a son besoin propre de sommeil. L’enquête n’a pas cherché à isoler les « courts dormeurs » des « longs dormeurs ». Ces deux populations existent, mais la plus grande partie des individus a un besoin de l’ordre de 8h00 de sommeil.

Le sommeil de l’enfant

Le sommeil est un élément majeur de la qualité de vie d’un enfant, ses fréquentes perturbations (difficultés d’endormissement ou réveils nocturnes) sont le témoin de difficultés multiples et justifient tout l’intérêt du clinicien, tant leurs répercussions sont importantes pour l’enfant mais aussi pour les parents. La prise en compte des facteurs environnementaux et éducatifs est capitale. Le sommeil de l’enfant ne ressemble à celui de l’adulte qu’à partir de 10-16 ans. Auparavant, le temps moyen de sommeil se décompose ainsi :
Chez le bébé :

  • de 16-17 h,
  • Puis il diminue progressivement jusqu’à un plateau de 13-15 h entre 6 mois et 4 ans
  • Pour atteindre ensuite 7-8 h à l’adolescence.

La durée totale de sommeil est très variable d’un individu adulte à l’autre; les limites considérées comme normales se situent entre 6 et 10 heures.

2 Commentaires

  1. Non, dormir est vital pour le corps humain.

    Mieux vaut dormir quelques heures de plus tous les jours afin de mieux profiter le reste du temp en étant en pleine forme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here